Le Viagra et cancer colorectal

Une nouvelle recherche, maintenant publiée dans la revue Cancer Prevention Research, suggère qu’une petite dose du médicament populaire contre l’impuissance masculine Viagra, lorsqu’elle est administrée quotidiennement, peut réduire considérablement le risque de cancer colorectal.

L’American Cancer Society (ACS) écrit que le cancer colorectal est la troisième cause de décès par cancer chez les hommes et les femmes aux États-Unis.

Il s’agit de la troisième forme de cancer la plus fréquemment diagnostiquée dans l’ensemble; environ 1 homme sur 22 et 1 femme sur 24 sont susceptibles de le développer à un moment donné.

Un facteur de risque important pour développer la maladie est une mutation dans un gène appelé la polypose adénomateuse coli (APC), un suppresseur de tumeur. Les personnes atteintes d’une mutation génétique APC peuvent développer des centaines de polypes colorectaux, ce qui peut éventuellement entraîner un cancer.

cancer colorectal

Une nouvelle recherche utilise un modèle murin de cette mutation génétique pour tester l’effet du sildénafil – qui est commercialisé comme le médicament populaire contre la dysfonction érectile Viagra – sur le risque de cancer colorectal.

L’étude – dirigée par le Dr Darren D.Browning, chercheur sur le cancer au Georgia Cancer Center et au Département de biochimie et de biologie moléculaire de l’Université Augusta en Géorgie – affirme qu’une petite prise quotidienne du médicament pourrait réduire le nombre de tumeurs colorectales. de moitié.

Les chercheurs ont ajouté du sildénafil à l’eau potable de souris qui avaient été génétiquement modifiées pour développer des centaines de polypes – qui, chez l’homme, conduisent presque toujours au cancer colorectal.

Le mécanisme bénéfique du Viagra

L’étude a révélé que le sildénafil augmente les niveaux d’une substance appelée guanosine monophosphate cyclique (GMPc), qui est un régulateur intracellulaire du calcium.

Le cGMP contribue au bon fonctionnement physiologique des cellules musculaires lisses, des cellules hypophysaires et des cellules rétiniennes, entre autres.

Comme l’expliquent le Dr Browning et ses collègues dans leur étude, il a également été démontré que le cGMP régule l’homéostasie de l’épithélium intestinal, ou la couche de cellules à l’intérieur de l’intestin qui forme une barrière physique contre les substances étrangères et les bactéries.

Articles Liés:  6 herbes pour traiter la dysfonction érectile

L’épithélium joue un rôle clé dans la façon dont notre système immunitaire répond à ces agents étrangers, et dans des conditions telles que les maladies inflammatoires de l’intestin, l’épithélium est enflammé.

Dans leur étude, le Dr Browning et son équipe ont étudié l’impact du sildénafil sur les GMPc parce qu’ils savaient que le sildénafil inhibe une autre substance qui a le potentiel d’augmenter les GMPc.

Cette substance est appelée phosphodiestérase-5, une enzyme qui se produit naturellement dans les cellules du côlon et dans certaines autres. L’enzyme peut décomposer le cGMP, ce qui en rend plus disponible pour créer des cellules qui forment la couche protectrice qu’est l’épithélium.

Le Viagra réduit les polypes cancéreux de 50%

L’étude a révélé que le Viagra augmentait le cGMP, ce qui, à son tour, supprimait certaines des cellules qui proliféraient en excès dans l’intestin.

Un deuxième effet bénéfique du cGMP boosté par le Viagra était qu’il aidait le processus naturel de mort cellulaire anormale et d’élimination.

«Lorsque nous administrons du Viagra», explique le Dr Browning, «nous réduisons tout le compartiment proliférant dans une zone de notre corps qui traite directement tout ce que nous mettons dans notre bouche et connaît normalement un renouvellement cellulaire élevé.»

«Les cellules en prolifération sont plus sujettes aux mutations qui causent le cancer», explique-t-il.

Dans le modèle murin, de petites doses de Viagra ou Kamagra ont réduit la formation de polypes de 50 pour cent. Comme le dit le Dr Browning, «L’administration d’une [infime] dose de Viagra peut réduire de moitié la quantité de tumeurs chez ces animaux.»

Il ajoute que les prochaines étapes devraient comprendre des essais cliniques sur l’homme du médicament déjà approuvé, en mettant l’accent sur les personnes qui présentent déjà un risque élevé de cancer colorectal.

Articles Liés:  Comment traiter l'éjaculation précoce

Le Dr Browning note également que, administré à des doses aussi faibles, il est peu probable que le Viagra provoque des effets secondaires.

CancerAdom est un projet qui permet à l’ensemble des personnes concernées par le virage ambulatoire en cancérologie de participer à la construction d’une prise en soins de qualité, sûre et adaptée aux attentes de tou·te·s.

En France, 385 000 citoyen·ne·s apprennent chaque année qu’ils/elles sont atteint·e·s d’un cancer. Dans le même temps, plus d’un million de personnes ont été hospitalisées en lien avec le diagnostic, le traitement ou la surveillance de leur cancer.

Le projet CancerAdom souhaite contribuer à faire évoluer les mentalités et les pratiques en prenant en compte les réalités de chacun·e. Il permet à l’ensemble des personnes concernées par le virage ambulatoire en cancérologie de participer à la construction d’une prise en soins de qualité, sûre, innovante et adaptée aux attentes de tou·te·s (patient·e·s, aidant·e·s, professionnel·le·s de santé et du secteur médico-social).

Porté par l’association Cancer Contributionet l’AF3M (Association Française des Malades du Myélome Multiple), ce projet d’intérêt général propose des idées destinées à être largement partagées, dans une logique de bien commun et de démocratie en santé.

CancerAdom s’est déroulé entre février 2016 et septembre 2017 dans trois régions : Ile-de-France (IDF), Auvergne Rhône-Alpes (AURA) et Hauts-de-France (HDF). Au sein de ces différents territoires une cinquantaine de personnes, d’âges, de milieux socio-professionnels, de pathologies et de profils différents, ont été rencontrés.

CancerAdom s’appuie sur une démarche d’innovation sociale par le design capable d’intégrer le souci d’autrui et la valorisation des savoirs experts et profanes dans les prises en soins des cancers.

Il affirme ainsi que la démocratie sanitaire se définit par la participation de tou·te·s à un avenir construit ensemble.