Union des Chirurgiens de France

On ne peut évoquer l’historique de la naissance de l’UCDF sans rappeler l’évènement fondateur qui y préside : La menace, à l’été 2004, de l’exil symbolique de milliers de chirurgiens français en Angleterre. (Lien vers Lettre de “CHIRURGIENS DE FRANCE ” adressée à tous les chirurgiens : Départ pour l’Angleterre )

Comment en est-on arrivé là ?

  • 15 ans de blocage des tarifs de remboursement !
  • Une explosion des charges et notamment d’assurance en RCP !
  • Une judiciarisation galopante !
  • Des centaines de collègues piégés en secteur1 !
  • Des attaques outrancières contre le secteur2, pourtant seul capable de permettre la poursuite d’une activité chirurgicale conventionnée !
  • Un sacrifice permanent de la discipline par les centrales syndicales poly catégorielles excluant les chirurgiens des décisions qui les concernent.

Résultat : autrefois discipline reine de la médecine, disputée par l’élite des internes, la chirurgie n’est plus aujourd’hui qu’un choix par défaut ! Posant pour demain la question angoissante qui deviendra le leitmotiv de la campagne de sensibilisation des chirurgiens :

FRANÇAIS : PAR QUI SEREZ-VOUS OPERE DEMAIN ?

Ressenti par la majorité des chirurgiens, le ras le bol se cristallise par une mobilisation sans précédent autour de l’initiative spectaculaire des leaders historiques du syndicalisme chirurgical, représenté alors par l’association « Chirurgiens de France » : Gérard Maudrux, Philippe Cuq, Xavier Gouyou Beauchamps, Guy-Marie Cousin.

Puisque les menaces qui touchent la chirurgie sont ignorées par les décideurs de son pays, elle ira en faire part outre Manche !

Près de 3000 praticiens envoient leur adhésion au projet.

Le pouvoir commence à prendre la mesure de la menace :

  • Un Conseil National de la Chirurgie est chargé de formuler des propositions pour enrayer le déclin de la discipline
  • Après d’âpres négociations, à quelques jours du grand départ, les leaders chirurgicaux arrachent, le 24 août 2004, la signature des « Accords chirurgicaux » dont les 9 points répondent à la majorité des préoccupations de la discipline.
  • Faisant confiance à la signature de Philippe Douste Blazy, le ministre de l’époque, et à son secrétaire d’Etat, Xavier Bertrand, qui lui succédera, le mot d’ordre de départ est levé.

La désillusion succédera rapidement à l’espoir.

Réglementairement chargés de l’application des accords, les « partenaires conventionnels » : UNCAM, syndicats médicaux polycatégoriels signataires de la convention vont, avec la complicité du pouvoir politique, s’ingénier à les renier ou à les détourner de leurs buts à leur profit.

  • L’emblématique point 9, censé rendre aux secteurs1 le choix de leur secteur d’exercice, et donc du secteur2, avant le 30 juin 2005, est rapidement dévoyé en d’interminables négociations (toujours non abouties … 3 ans après !) d’un secteur optionnel, à fausse liberté d’honoraires totalement encadrée, et appelé à terme à devenir le secteur unique
  • Malgré des subventions, profitant surtout aux assureurs, le problème des primes de RCP reste entier.
  • La revalorisation du tarif opposable des actes est loin d’atteindre le niveau promis. Pire, la nouvelle classification (CCAM), fruit de dix ans de travail des sociétés savantes et censée rééquilibrer le remboursement au profit des spécialités perdantes comme la chirurgie par une nouvelle hiérarchisation, est vidée de son sens par un scandaleux transcodage de la NGAP
Articles Liés:  Les Effets de Kamagra Oral Jelly

Alors qu’avec un tranquille cynisme le ministre Xavier Bertrand affirme, interpellations après interventions, que « les accords seront intégralement respectés », une nouvelle opération coup de poing, baptisée « Opération seconde Manche », est mise sur pied par ceux des chirurgiens de l’UCF qui n’acceptent pas la compromission avec les syndicats signataires.

Malheureusement moins suivie que la précédente, elle déplace du 9 au 13 mai, dans le Sud de l’Angleterre, plusieurs centaines de praticiens, avec des retombées médiatiques non négligeables.

Sur place sont élaborées les bases d’un syndicalisme chirurgical dynamisé :

  • Affirmant le caractère spécifique des contraintes de la discipline
  • Réclamant donc une reconnaissance syndicale spécifique
  • Seule représentative de tous les chirurgiens et de toutes les chirurgies

Dès le retour en France une Assemblée Générale extraordinaire consacre la transformation de l’association « chirurgiens de France », grossie de l’ancien syndicat chirurgical UCF (union des chirurgiens de France) : Le 14 mai 2005, l’Union des Chirurgiens De France (UCDF) est née.
Son Conseil d’Administration réunit des membres élus par les adhérents et des membres de droit représentant toutes les structures syndicales verticales et horizontales ayant un rapport avec la chirurgie.
Recueillant en quelques mois plus de 2000 adhérents, elle tranche quantitativement dans le monde syndical.
Depuis elle est en pointe dans tous les combats pour la défense de la chirurgie :

  • Institutionnels: présence au Bureau du Conseil National de la Chirurgie
  • Electoraux : participation massive des chirurgiens dans les listes ayant permis la défaite des syndicats signataires de la convention aux dernières élections aux URML
  • Revendicatifs :
  • Mouvement d’arrêt d’activité de l’été 2006, avec obstétriciens et anesthésistes, obtenant la poursuite de l’aide financière à la souscription des assurances en RCP
  • Lutte pour le maintien du choix par le praticien des ses DMI, nécessaire contrepartie de sa responsabilité
  • Pression permanente pour obtenir le respect des accords chirurgicaux d’août 2004, et notamment du secteur 2 pour tous, seul à même de permettre la poursuite d’une activité chirurgicale conventionnée.
Articles Liés:  CLINIQUE VÉTÉRINAIRE JASMIN

Une organisation en Réseau Régional permet de toucher directement chaque chirurgien partout sur le territoire.

Un site internet permet de trouver au jour le jour les informations syndicales et des réponses à toutes les questions de la vie professionnelle.

Une cellule juridique peut apporter conseil et aide à ceux qui sont en butte aux tracasseries sans cesse croissantes qui empoisonnent leurs exercices.

Une revue papier, baptisée « Chirurgien de France », est distribuée à tous les chirurgiens français. 4 fois par an elle fait le point, présente des articles de fond et complète les informations du site.

Aujourd’hui, alors que les règles de fonctionnement qui ont régi jusque là l’Assurance Maladie sont à bout de souffle et que l’incessant replâtrage ne suffit plus, plus que jamais, face à la remise en question désormais inévitable, une défense individuelle est suicidaire.

Les chirurgiens, seuls capables de faire ce qu’ils font, ont une force de pression collective insoupçonnable que, par individualisme, ils méconnaissent trop souvent.

Dès lors, semblant indifférents à leur sort, ils sont ignorés et bafoués par des tutelles et des syndicats polycatégoriels qui décident pour eux sans eux et donc contre eux.

Jamais les libertés que nous revendiquons comme contre partie obligatoire de nos responsabilités n’ont été autant menacées :

  • D’honoraires : avec l’objectif avoué d’abattre le secteur 2
  • De choix de nos matériels implantables
  • Et maintenant d’installation

La reconnaissance de notre spécificité, l’obtention d’un nouveau partenariat conventionnel rééquilibré et spécifique, doivent être notre priorité.

Seul un syndicat spécifique, fort de milliers d’adhérents, est capable d’établir le rapport de force qui permettra d’atteindre ces objectifs.

Chirurgiens ! Sans vous l’UCDF ne pourra rien !