Le psoriasis

Le psoriasis, lié à une inflammation chronique de la peau, est une maladie qui se caractérise généralement par l’apparition d’épaisses plaques de peau qui desquament, qui se détachent sous formes d’écailles blanches.

Aujourd’hui, le psoriasis est une maladie fréquente puisqu’elle touche environ 2% de la population française. Même si elle n’est généralement qu’une maladie bénigne, le psoriasis peut constituer un réel handicap lourd à porter au quotidien et qui peut avoir un fort retentissement psychologique.

psoriasis

Le psoriasis: généralités  

Le psoriasis est une maladie chronique et non contagieuse due à une inflammation de la peau.

La présence dans la peau de cellules sanguines du système immunitaire, les lymphocytes, entraîne une prolifération accrue des cellules de l’épiderme, les kératinocytes. Ces derniers, au lieu de se renouveler en 28 jours, se renouvellent alors en 3 jours : on assiste ainsi à un renouvellement accéléré de l’épiderme qui s’accompagne d’une anomalie des cellules qui n’ont pas le temps de finaliser leur maturation normale, déclenchant ainsi l’inflammation.

Physiquement, le psoriasis se manifeste par l’apparition sur la peau de plaques souvent de couleur rouge ou blanche et sous forme de squames (peau morte), et qui se fait souvent par poussées, entrecoupées par des phases de rémission.

Il existe plusieurs types de psoriasis : le plus fréquent (80 à 90%) des cas est le psoriasis en plaques ou le psoriasis vulgaire, puis vient le psoriasis en gouttes (10% des cas). Il peut attaquer toutes les parties du corps, coudes, genoux, visage, cuir chevelu. Chaque type de psoriasis a ses caractéristiques propres.

Le psoriasis: Qui est touché ?

On estime que 2 à 4% de la population occidentale est atteinte du psoriasis. Selon une étude de la Northwestern University, 3% de la population mondiale serait touchée par le psoriasis en 2016. Healh Union, entreprise américaine spécialisée dans l’étude du psoriasis, estime qu’au moins 7,5 millions d’adultes en souffriraient aux Etats-Unis en 2016.

Habituellement, il apparaît à l’âge adulte, entre la vingtaine et la trentaine (l’âge moyen du début du psoriasis se situe à 28 ans), mais peut également toucher les enfants, même avant 2 ans. Les hommes et les femmes sont touchés de façon égale. On sait également que les personnes « portées sur l’alcool » ont plus de risque d’en être atteint.

C’est une maladie qui peut être très désagréable et douloureuse, notamment lorsqu’elle se manifeste sur des zones fréquemment utilisées, comme la paume des mains, la plante du pieds ou dans les plis de peau. Son étendue peut considérablement varier d’une personne à l’autre. Selon les lieux où les plaques apparaissent, le psoriasis peut être gênant et nuire à cause du regard des autres.

Le psoriasis, les causes

La cause précise est encore à ce jour inconnue. D’après les recherches officielles, plusieurs facteurs déclencheurs seraient impliqués. Notamment les facteurs génétiques (on retrouve des antécédents familiaux dans 40% des cas) et environnementaux, ainsi que les stress physiques (infections, blessures, médicaments…) et psychiques (fatigue, nervosité, peur, anxiété…). De manière générale, on estime que l’origine du psoriasis provient d’un trouble du système immunitaire.

Concernant l’hypothèse d’une composante génétique, comme on retrouve plus souvent des cas de psoriasis chez les blancs (caucasiens), l’idée d’une forte composante génétique a été renforcée : un gène aurait été trouvé en lien avec le développement de cette maladie par des chercheurs de l’Ecole Polytechnique de Zurich en 2009. En effet, on note chez les patients souffrant de psoriasis la presque absence de la protéine SRF. Une production défaillante de SRF pourrait donc être impliquée dans l’apparition de cette maladie.

Le psoriasis: Les facteurs aggravant

D’autres facteurs importants sont à ne pas négliger, qui peuvent aggraver un psoriasis déjà existant, et déclencher une crise :

Articles Liés:  ICHA 2018

–      le stress notamment favorise les poussées de psoriasis. C’est un facteur particulièrement redoutable, car il peut aussi réduire l’efficacité des traitements pour soigner le psoriasis.

–      le froid : les climats froids comme dans l’hémisphère nord en Europe ou en Amérique du Nord sont donc à éviter.

–      les traumatismes dans la vie tels qu’un décès ou un licenciement

–      les problèmes psychiques et les émotions

–      les maladies infectieuses comme l’angine et la prise de certains médicaments (lithium, antipaludiques…)

–      les excès de poids ou l’obésité

–      les facteurs hormonaux comme la grossesse ou métaboliques

Et, non des moindres :

–      la consommation d’alcool et/ou de tabac

–      les coups de soleil

Complications du psoriasis

Le psoriasis peut entraîner de nombreuses complications, d’où la nécessité de le traiter au plus vite.

Parmi ces complications, on relève le risque de souffrir de rhumatisme psoriasique ou psoriasis articulaire ou arthrite psoriasique. Cela concerne jusqu’à 20% des personnes atteintes, et est une affection provoquant des douleurs articulaires pouvant mener jusqu’à des déformations articulaires. Mais, rassurez-vous : il existe des traitements de plus en plus efficaces qui permettent de le prévenir et de le soigner.

Une autre complication est le risque de souffrir de complications d’ordre psychologique, comme l’anxiété ou la dépression. En effet, le regard de l’autre sur les maladies de peau peut souvent être blessant. Ainsi le psoriasis peut être source de honte et de replis sur soi, donc de perte de confiance en soi.

Enfin, on a également découvert un risque accru d’infarctus du myocarde chez les patients souffrant de psoriasis, de syndrome métabolique (diabète, hypertension), d’hypertension…

C’est à vous de consulter au plus vite un médecin et de vous reprendre en main.

Les Différents Types de Psoriasis

Le psoriasis se confond souvent avec d’autres problèmes de peau, qui ont les mêmes symptômes : dermite séborrhéique, mycoses, petits boutons, plaques rouges, démangeaisons… De plus, il n’existe pas une seule forme de psoriasis, mais plusieurs différents types : en plaques, en gouttes, pustuleux, inversé… Chaque forme est plus ou moins gênante et nécessite un traitement adapté, ainsi est-il primordial aujourd’hui de savoir bien reconnaître sa maladie.

Le psoriasis en plaques

Le psoriasis en plaques est la forme la plus courante, qui se manifeste chez environ 90% des patients atteints de la maladie. Aussi appelé psoriasis « vulgaire », il se caractérise par l’apparition de plaques rouges écailleuses de plusieurs centimètres, qui peuvent apparaître un peu partout sur le corps, mais avec pour zones de prédilection les coudes, genoux, le bas du dos, les fesses et le cuir chevelu. L’atteinte est souvent bilatérale, c’est-à-dire qu’elle touche par exemple deux coudes ou deux genoux.

Les symptômes peuvent être légers à sévères, et couvrir une zone plus ou moins étendue du corps. On parle de psoriasis sévère lorsque 10% de la surface du corps ou plus est affectée.

C’est lorsque les plaques sont en voie de guérison que le diagnostic est peu évident : de la forme d’un anneau, les plaques peuvent parfois être confondues avec une mycose, c’est pourquoi il faut toujours restez toujours vigilant.

Le psoriasis en gouttes

Ce type touche environ 10% des personnes atteintes de psoriasis, ce qui en fait la deuxième forme la plus répandue de la maladie.

Généralement, celui-ci se manifeste brutalement, en quelques semaines, et couvre une grande partie du corps. Les plaques sont beaucoup plus petites, disséminées, généralement ce sont des petites lésions en forme de gouttes d’eau qui apparaissent sur le torse, sur le bas du dos, les bras, les jambes ou le cuir chevelu.

Articles Liés:  Hématocèle

Il apparaît souvent à la suite d’une infection des voies respiratoires supérieures, comme la rhino-pharyngite par exemple, et est plus fréquent chez les jeunes de moins de 20 ans. Il peut disparaître de lui-même sans traitement et ne jamais réapparaître chez le patient, ou devenir récurrent, être sévère et nécessiter un traitement, ou simplement évoluer vers une forme classique.

Attention à ne pas le confondre avec une éruption infectieuse comme la varicelle, ou avec des piqûres d’insecte multiples.

Le psoriasis nummulaire

Ici, les plaques sont de la taille d’une pièce de monnaie (un numismate est une personne qui collectionne des pièces, d’où le nom). Ces lésions sont elles confondues avec des lésions dues à un champignon ou à une infection.

Le psoriasis pustuleux

Il se caractérise par des cloques remplies de pus et peut être limité à certaines zones du corps – on parle alors de psoriasis localisé – auquel cas les pustules sont généralement restreintes aux paumes des mains et plantes des pieds (pustulose palmo-plantaire), ou couvrir presque tout le corps – et on parle de psoriasis pustuleux généralisé.

Le psoriasis érythrodermique

C’est une forme rare mais grave de la maladie. Elle se caractérise par une rougeur généralisée et par une inflammation, qu’on peut confondre avec un coup de soleil.

Cette forme peut être causée par un coup de soleil grave, l’utilisation de certains médicaments (corticostéroïdes ou lithium notamment) ou par l’arrêt d’un traitement du psoriasis. Il peut aussi résulter d’une mauvaise gestion du psoriasis.

En cas d’aggravation, le psoriasis érythrodermique peut être mortel et conduit habituellement à l’hospitalisation puisque la peau n’est plus capable d’effectuer les fonctions vitales telles que la régulation de la température du corps et la protection contre les organismes infectieux (par exemple les bactéries).

Le psoriasis inversé

Egalement appelé psoriasis des plis, il touche les zones de flexion et atteint les grands plis de la peau tels que les plis interfessiers, la région génitale, le dessous des seins et les aisselles, qui sont soumis à de la pression, de la friction, de l’humidité ou de la transpiration.

Les plaques sont peu squameuses et le diagnostic difficile, car ces lésions peuvent être confondues avec des lésions d’intertrigo, inflammation de la peau au niveau des plis due à un microbe et favorisée par la transpiration.

Le psoriasis des ongles

Les lésions sont variables et on peut croire à la présence de champignon (onychomycose) avec comme symptômes : un ongle épaissi, des lésion à type de petits enfoncements, des stries, des cassures…

Le psoriasis des muqueuses

Plus rare, ce psoriasis affecte les muqueuses génitales et la bouche, c’est-à-dire la langue et la face interne des joues. Le diagnostic est souvent difficile surtout lorsque les organes sexuels sont touchés, ce qui peut handicaper la vie sexuelle, d’où l’importance de consulter immédiatement.

Le rhumatisme psoriasique

Enfin, une autre forme de psoriasis, cette fois-ci non cutanée et moins connue, c’est celle qui touche les articulations, que l’on retrouve dans 20% des cas et que l’on appelle rhumatisme psoriasique. Il s’agit d’un rhumatisme inflammatoire chronique, qui touche principalement les patients de plus de 50 ans avec une forme cutanée ancienne.

Les articulations se raidissent et deviennent douloureuses, ce qui limite les mouvements, et peuvent toucher une ou plusieurs articulations, de manière symétrique ou non. Les poussées successives d’arthrites peuvent parfois finir par devenir déformantes, destructrices et ankylosantes.