Le Viagra s’est avéré être le tueur parfait des cellules cancéreuses échappées

L’association du Viagra et de l’un des vaccins antigrippaux s’est avérée très efficace dans la lutte contre les métastases cancéreuses, selon un article publié dans la revue OncoImmunology.

“Deux médicaments déjà éprouvés et relativement bon marché pourraient résoudre l’un des problèmes les plus importants dans la lutte contre le cancer. Si nos résultats sont confirmés dans les essais cliniques, la combinaison du Viagra et du vaccin pourrait être le premier remède pour résoudre les problèmes d’immunité qui surviennent après l’élimination des tumeurs.” a déclaré Rebecca Auer de l’Université d’Ottawa, Canada.

Peter Dazeley / Getty Images

Le Viagra, comme l’ont montré des expériences récentes, s’est avéré être non seulement un moyen de lutter contre les problèmes de la vie personnelle des hommes, mais aussi un candidat pour le rôle de remède contre les maladies graves. Par exemple, il y a deux ans, les médecins ont découvert que le sildénafil, le principal composant de ces pilules, avait des propriétés antimicrobiennes et anticancéreuses.

Le Viagra et ses analogues suppriment le travail de l’enzyme PDE-5, qui contrôle le flux sanguin dans les organes génitaux masculins, ainsi que l’activité de certains types de cellules immunitaires. Après l’ablation de la tumeur, de nombreux composants du système immunitaire sont supprimés et, comme l’ont suggéré les scientifiques, le blocage de la PDE-5 pourrait les restaurer.

Auer et son équipe ont testé cette idée en observant comment les combinaisons de Viagra et de divers médicaments déjà utilisés dans la pratique médicale affectent la vie des souris, auxquelles ils ont implanté plusieurs cancers agressifs extraits du poumon humain.

Lorsque les rongeurs ont développé des métastases, les scientifiques ont enlevé certaines des tumeurs et ont injecté de fortes doses de Viagra en combinaison avec l’un des vaccins antigrippaux populaires, qui a servi d’appât pour l’immunité.

Articles Liés:  Chirurgie hernie discale

Des expériences ont montré qu’en moyenne il y avait environ 40 métastases dans le corps d’une souris avant le début de l’opération, et après le retrait de la tumeur, si les médecins ne faisaient rien, leur nombre augmentait à 120-150. L’animal mourut rapidement et les chances de son salut étaient nulles.

Si les médecins injectaient à des souris du Viagra et ses analogues, ou leur combinaison avec le vaccin contre la grippe, le nombre de métastases diminuait à 24 dans le premier cas et à 11 dans le second. La raison en était que la suppression de la PDE-5 stimulait les «cellules tueuses» du système immunitaire, responsables de la lutte contre le cancer, et neutralisait d’autres organismes responsables de la suppression de l’immunité.

Maintenant, note Auer, son équipe organise le premier essai clinique impliquant 24 volontaires d’un hôpital d’Ottawa se préparant à enlever des tumeurs dans la cavité abdominale. Si l’expérience réussit, le Viagra peut rapidement se substituer à l’un des moyens les plus efficaces de lutter contre les métastases.

Depuis des décennies, les stratégies thérapeutiques anticancéreuses (dont la chimiothérapie) ciblent principalement les cellules tumorales. Malgré une certaine efficacité, les rechutes après traitement sont fréquentes et il est bien établi que la progression tumorale est un processus multigène et multi-étapes étroitement dépendant de diverses influences du microenvironnement tumoral.

La fréquence des rechutes après traitement conventionnel et la découverte de cellules souches cancéreuses, initialement dans les leucémies aiguës et dans un grand nombre de types de tumeurs, conduisent la communauté médicale et scientifique à reconnaître que le ciblage exclusif des cellules tumorales n’est pas suffisant. De nouvelles approches pour cibler spécifiquement diverses cellules et composants du microenvironnement tumoral sont en cours de développement.

Articles Liés:  Médicaments contre le VIH et qu'est-ce que la thérapie antirétrovirale

Micronit fédère dans un réseau national de recherche des équipes de recherche académiques (CNRS, INSERM et CEA) intéressées par le microenvironnement tumoral. Le consortium comprend 27 équipes (17 dans le GDR Micronit 2015/2018 et 10 équipes associées) et couvre les principales hémopathies malignes (myélodysplasie, leucémie aiguë, leucémie myéloïde chronique, leucémie lymphoïde chronique, lymphomes, myélomes) et la majorité des tumeurs solides ( sarcomes, glioblastomes, carcinome hépatocellulaire, cancers du sein, cancers de la prostate, cancer du rein, cancer de l’ovaire, mélanome).

Micronit regroupe des compétences médicales ainsi que des expertises scientifiques et technologiques spécifiques (adhésion, angiogenèse, biomécanique, cellules souches, cellules stromales, domiciliation, hypoxie, imagerie, inflammation, matrice extracellulaire, métabolisme, modélisation 2D et 3D, signalisation) pour optimiser la recherche française sur les trois axes suivants :

  • ” Hétérogénéité des écosystèmes de niche “
  • ” Dynamique de l’interaction niche-cellules tumorales “
  • ” Ciblage multiparamètre personnalisé “

Micronit a été créé en janvier 2015 par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) sous le nom de Groupe de Recherche GDR 3697. Labellisé depuis 4 ans, Micronit a récemment demandé son renouvellement pour la période 2019/2022 avec 10 équipes de recherche supplémentaires (actuellement nommées ” équipes associées »).