Uro Reviews

Efficacité à long terme de l’effet de sildénafil et de tachyphylaxie.

Il n’y a toujours que de 3 ans que le lancement mondial de Sildénafil et des données commencent à émerger en ce qui concerne l’efficacité à long terme. Les auteurs signalent une enquête de 200 patients avec Ed contacté par téléphone bientôt après avoir commencé la thérapie de sildénafil, puis encore 2 ans plus tard. Ed était d’étiologies variables. Initialement une bonne réponse a été observée chez 74% des patients, avec la majorité (83%) de ceux-ci nécessitant la dose de 50 mg. 2 ans plus tard, seulement 59% des patients présentant une bonne réponse initialement utilisaient toujours le sildénafil. Parmi ceux qui prennent toujours le sildénafil, 37% avaient besoin d’augmenter la dose de 50 mg à 100 mg. Parmi ceux qui avaient arrêté le médicament, la moitié l’avaient fait à cause de la perte d’efficacité. Le délai moyen de perte d’efficacité était de 11 mois après le début du traitement. Les auteurs attribuent le développement apparent de la «résistance au sildénafil» comme une conséquence probable de la tachyphylaxie, un phénomène pharmacologique de réducience réactivité à un médicament qui se produit en présence d’une concentration de médicament constante. Une autre explication peut être que le processus pathologique sous-jacent édité est souvent progressiste et peut conduire à des avantages de plus en plus limité d’une inhibition réussie de PDE de type 5. Il reste à voir si les résultats obtenus avec le sildénafil se traduiront par des avantages durables pour les patients atteints de ce trouble chronique. Ce document peut renforcer le cas pour enquêter sur les approches potentielles de la prévention secondaire chez les patients édités.

Prévalence et facteurs de risque indépendants du dysfonctionnement érectile en Espagne: résultats de l’étude Epidemiologica de la Disfuncion Erectil Masculina.

Il s’agit de la plus grande étude épidémiologique basée sur la population de la fonction érectile à ce jour et complète l’étude de vieillissement masculine de Massachusetts (MMS), auquel elle est très similaire dans la conception. Un échantillon de 2 476 hommes espagnols âgés de 25 à 70 ans a été évalué via l’indice international de la fonction érectile (HIIF) et une évaluation unique de l’ED. La prévalence globale de l’ED était de 18,9% sur le HIIF et de 12,1% sur le seul point, les chiffres beaucoup plus bas que la MMA et suggéré par les auteurs d’être une conséquence des différences culturelles dans la perception de l’ED. Cette étude comprenait également des hommes plus jeunes que la MMA (qui a utilisé des hommes âgés de 40 à 70 ans). Ed corrélé fortement avec l’âge, cohérent avec des études antérieures. Des corrélations importantes ont été confirmées pour d’autres facteurs de risque établis tels que le diabète, l’hypertension, les maladies cardiaques, les maladies vasculaires périphériques, l’hypercholestérolémie, le tabagisme et la dépression. Cependant, une association significative a été démontrée entre les conditions médicales ED et autres, y compris la maladie pulmonaire, le rhumatisme, l’allergie et certains médicaments (en particulier les comprimés de sommeil). Les auteurs n’ont pas pu expliquer certains de ces «nouveaux» facteurs de risque. L’intérêt particulier pour les urologues est la démonstration d’une probabilité considérablement accrue d’ED en présence de maladies bénignes de la prostate, qui a conféré un ratio de cotes ajusté par l’âge de 2,93 pour ED dans cette étude. Cette grande étude basée sur la population confirme des facteurs de risque établis pour ED, mais suggère également de nouvelles. Ce processus est essentiel pour la conception rationnelle des stratégies de prévention pour ED.

Une nouvelle méthode pour l’évaluation de la dysfonction érectile: l’ultrasonographie de Sildenafil Plus Doppler.

Cet article examine l’utilisation potentielle du sildénafil oral dans les études de Doppler pénis, comme alternative aux injections intracavernosales d’agents vasoactifs. 42 patients atteints d’étiologie mixte ont subi une doppler pénienne à deux reprises – une fois à l’aide de la sildénafil orale 50 mg et une fois utilisée Papaverine Intracavernosal 60 mg. L’échographie a été effectuée 30, 45, 60, 75 et 90 minutes après le sildénafil et 1, 5, 10 et 20 minutes après Papaverine. Toutes les analyses ont été effectuées après la stimulation sexuelle tactile et audiovisuelle. La vitesse d’écoulement après que le sildénafil ait augmenté beaucoup plus lentement qu’après papaverine, culminant à environ une heure par rapport à une minute environ. Cependant, les valeurs de vitesse systolique maximale (PSV) n’étaient pas significativement différentes. Le sildénafil a montré une sensibilité de 90% et une sensibilité de 100% pour la démonstration d’une insuffisance artérielle (telle que définie par les valeurs de Papaverine). La proportion de patients ayant réellement eu des anomalies vasculaires péniques démontrables dans l’ensemble était très faible (seulement 12%). Le priapisme a été observé chez 11,9% des patients suivant la Papaverine intracavernosale et 47% ont signalé une douleur pénienne modérée ou sévère. Aucun priapisme ni douleur n’a été signalé après le sildénafil oral. De nombreuses unités utilisent désormais une alprostadil intracavernosal plutôt que Papaverine lors d’études Doppler en raison d’une efficacité accrue et d’une réduction des effets indésirables. Les limitations pratiques à l’utilisation du sildénafil dans le département des rayons X sont son mode et sa rapidité d’action, dans la mesure où la stimulation sexuelle est nécessaire et que les patients doivent être évalués jusqu’à 90 minutes après la dose. Toutefois, ce document suggère que le sildénafil et les injections intracaverneuses peut donner des valeurs Doppler très similaires et, en dépit de ces limitations, la préférence du patient peut influer sur l’utilisation future de sildénafil dans les études de l’échographie Doppler.

Articles Liés:  Le Viagra peut être utile dans le traitement de la maladie d'Alzheimer

Prévalence du diabète non diagnostiqué Mellitus chez le dysfonctionnement érectile masculin.

La dysfonction érectile est considérée comme un symptôme de marqueur pour le diabète et cette étude visant à déterminer la prévalence du diabète occulte chez les patients présentant un dysfonctionnement érectile. Un échantillon consécutif de 129 nouveaux références de développement a subi des tests de jauge pour la glycosurie et la mesure du plasma à jeun de la glycémie de glucose (FBG). Vingt-deux patients (17%) étaient des diabétiques connus. Parmi les 107 patients restants, cinq (4,7%) ont été diagnostiqués comme récemment diabétiques selon les critères de l’OMS (FBG> 7.0). 12% supplémentaires avaient «anormal» FBG (5.5-6.9), indicatif de la tolérance de glucose altérée. La durée de la présentation était significativement plus grande chez les patients diabétiques par rapport aux non-diabétiques. La glycosurie sur la jaune de la jaune n’a été trouvée dans un seul des cinq patients nouvellement diagnostiqués (c’est-à-dire une sensibilité de seulement 20%) et dans aucun des patients atteints de FBG dans la gamme «anormale». Ce document a souligné la valeur du dépistage du diabète chez tous les patients présentant avec ED, car 17% avaient des résultats anormaux nécessitant une enquête ou une gestion plus poussée. Plus important encore, et malgré les petits nombres impliqués, le journal met l’accent sur la nécessité d’effectuer une mesure de glycémie à jeûne plutôt que de la jaune simple de la jaune (ou du glucose aléatoire), une vue résonnée par le comité consultatif des professionnels de la diabète britannique.

Évaluation comparative des traitements pour dysfonctionnement érectile chez les patients atteints d’un cancer de la prostate après la prostatectomie rétropubique radicale.

Cette étude a signalé le traitement de ED chez 85 patients qui avaient récemment subi une prostatectomie radicale (surtout non nerveuse). La conception d’étude inhabituelle impliquait une échelle de traitement de 4 thérapies d’ED différentes qui ont été essayées à leur tour si les patients n’ont pas répondu. Le traitement de la première ligne a été une thérapie sous vide, puis le sildénafil, puis des injections intracavernosales (Papaverine / phentolamine) et enfin une injection intracavernosale / sous-thérapie combinée. La justification n’a pas été donnée pour cet ordre. La «réponse» au traitement a été évaluée à l’aide d’une mesure non validée de la fonction érectile. 92% des patients ont développé des érections adéquates pour la pénétration avec le thérapie sous vide, mais seulement 14% ont convenu de continuer à utiliser ce traitement. Seuls 30% du reste ont répondu au sildénafil et que le reste a essayé des injections intracavernosales. La majorité (85%) de ces 60 patients restants ont bien répondu aux injections intracavernosales. Collectivement, les 4 thérapies différentes ont donné une réponse positive dans 80 des 85 patients. En raison de limitations inhérentes à ce type d’étude, une “évaluation comparative des traitements” n’a pas été réellement effectuée. On pourrait remettre en question la conclusion des auteurs que les injections intracorporelles sont plus efficaces dans le traitement de la prostatectomie post-radicale éditée, basée uniquement sur cette étude. Cependant, cet article souligne que, en utilisant la gamme de thérapies actuellement disponibles pour ED, il existe très peu de patients qui ne peuvent pas être traités avec succès après la prostatectomie radicale non nerveuse.

Articles Liés:  Viagra pourrait aider ceux qui luttent contre le coronavirus

Dysfonctionnement érectile dans les cyclistes. Y a-t-il une différence dans le flux sanguin pénienne lors du cyclisme dans un montant debout par rapport à une position inclinable?

Cette étude transversale prospective de Düsseldorf a examiné l’effet du vélo dans la position verticale par rapport à la position inclinée sur la pression de l’oxygène du pénis transcutané (TPO2) au pénis Glans. 46 Hommes en bonne santé sportifs âgés de 32 ± 5,13 ans sans dysfonctionnement sexuel connu ont été recrutés et divisés en 2 groupes de 23 chacun. Aucune méthode de randomisation n’a été décrite. Une électrode de Clark P02 modifiée a été utilisée pour mesurer la pression partielle de l’oxygène du pénis par une méthode précédemment établie. La surveillance cardiovasculaire simultanée a été effectuée pendant que le premier groupe a cyclé dans la position verticale et la seconde dans la position d’inclinaison. Les groupes ont été changés après 3 semaines. Les lectures de base ont été enregistrées comme 60 ± 8,1 mmHg en position debout avant le test. Les auteurs ont trouvé une baisse de 70% de TPO2 à 18,3 ± 5,2 mmHg après le cyclisme dans la position verticale (P <0,05), bien que la durée du cyclisme et la TPO2 dans la position assise seule sans cyclisme n’aient pas été signalées. En revanche, le cyclisme dans la position d’inclinaison n’a pas modifié le flux sanguin du pénis (moyenne 59 ± 4,2 mmHg). La réduction du flux sanguin était plus faible (22%) lorsque des selles plus larges ont été utilisées avec un rembourrage moyen et sans nez de selle, mais ce fait n’a pas été décrit dans la discussion uniquement sans quantification ni description de la méthodologie. Après une période de récupération de 15 minutes, le flux sanguin normal du pénis est mesuré en position debout. Cet article est intéressant en ce sens qu’il aborde un phénomène signalé à peu près à une population croissante de cyclistes amateurs. Bien que la question de savoir si le cyclisme est un facteur de risque de dysfonction érectile (ED) a été récemment soulevé, ce document ne répond pas à cette question. La diminution du flux sanguin pénien dans cette étude semble être de courte durée après le cyclisme. Les auteurs reconnaissent correctement que l’érection implique un «mécanisme neurovasculaire complexe», mais cet article ne traite pas des effets neuronaux du cyclisme dans le contexte des précédents rapports d’engourdissement génital après le cyclisme. Par conséquent, il est difficile de tirer des conclusions précises sur le véritable impact de ce sport sur la causalité de l’ED.