Thérapie par ondes de choc (ESWT) dans la maladie de La Peyronie

La maladie de La Peyronie (ou Induratio Penis Plastica, « PPI ») est une maladie pas trop rare qui implique la formation d’une plaque fibreuse dans les tissus entourant les corps caverneux du pénis. Ce tissu (appelé tunique d’albuginée) a normalement une capacité élastique élevée et permet donc au pénis de changer de taille pendant l’érection sans créer de tension. La présence de fibrose en un point de l’albuginée tunique provoque la perte d’élasticité de cette zone avec pour conséquence une rétraction du pénis et l’apparition d’une courbure en érection.

Les manifestations cliniques les plus fréquentes de cette maladie sont représentées par:

  • douleur en érection,
  • déviation du pénis en érection,
  • réduction de la longueur du pénis,
  • déficit érectile.

Pour plus de détails sur les causes alléguées et les changements anatomiques liés à cette pathologie, veuillez vous référer à un article précédent (que vous pouvez trouver sur ce lien). On rappelle ici seulement l’existence de deux phases distinctes de la maladie de La Peyronie:

  1. Une première phase inflammatoire (ou phase aiguë) – qui peut durer plusieurs mois – au cours de laquelle il y a généralement des douleurs dans l’érection et la courbure du pénis a tendance à s’accentuer progressivement.
  2. Une deuxième phase fibrotique (ou phase chronique) dans laquelle le processus inflammatoire est épuisé, la douleur disparaît, la plaque devient très dure au toucher et la courbure du pénis se stabilise sans autre détérioration.

La classification précise du patient avec IPP par rapport à la phase clinique de la maladie en cours est très importante pour le choix du traitement : en phase chronique, le traitement est en fait presque exclusivement chirurgical ; dans la phase initiale, des solutions thérapeutiques conservatrices peuvent être envisagées, dont le traitement par ondes de choc.

Notes sur les ondes de choc et leur mécanisme d’action

ondes de shockLes ondes de choc sont des ondes mécaniques (similaires aux acoustiques) capables de se propager dans un milieu. Leur interaction avec les capillaires sanguins favorise la libération de substances particulières (appelées “facteurs de croissance”) responsables de la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, avec pour conséquence une augmentation de la vascularisation locale. Ce processus de « néo-angiogenèse » et d’hyper-circulation sanguine impliquerait une série de modifications chimiques au niveau de la plaque PPI qui conduiraient à terme à l’inhibition du processus inflammatoire en cours. L’action anti-inflammatoire du choc est capable de réduire la douleur typique de la phase aiguë et semblerait également efficace pour diminuer la taille de la plaque elle-même et éviter une aggravation de la courbure du pénis en érection.

Le mécanisme d’action néo-angiogénique des ondes de choc est à la base de leur utilisation thérapeutique même chez les patients présentant un déficit érectile (ou impuissance) : l’augmentation du réseau capillaire au niveau des corps caverneux facilite le processus de vasodilatation qui est à la base du phénomène de l’érection lui-même. Nous en avons parlé en détail dans cet article.

Articles Liés:  Tout ce que vous devez savoir sur les maladies cardiaques (cardiopathie)

Efficacité et sécurité des ondes de choc dans le traitement de la maladie de La Peyronie

Dans un passé récent, une analyse a été menée des études présentes dans la littérature scientifique urologique dans lesquelles cette méthode a été évaluée dans le traitement de la maladie de la Peyronie. Cette « méta-analyse » a permis de vérifier les résultats obtenus chez plus de 400 patients présents dans 6 études scientifiques différentes. L’analyse statistique a montré comment l’utilisation des ondes de choc dans la phase initiale de la maladie a une réelle action sur la réduction de la taille de la plaque fibreuse et de la douleur pénienne. Au contraire, l’utilisation des ondes de choc chez les patients avec IPP stabilisé n’a apporté aucun bénéfice en termes de réduction de la courbure pénienne. L’étude a également confirmé l’extrême sécurité de cette méthode : aucun des patients traités n’a connu de complications significatives ou d’effets secondaires particuliers.

Quand utiliser les ondes de choc

Sur la base de ce qui précède, il est clair que le traitement par ondes de choc doit être utilisé dans la phase initiale de la maladie de La Peyronie, au cours de laquelle la plaque est encore dans une phase évolutive et progressive. À ce stade, les ondes de choc peuvent jouer un rôle important en accélérant l’épuisement des processus inflammatoires en cours au sein de la plaque elle-même. Cela conduit à la disparition de la douleur et à la réduction de la taille de la plaque.

En pratique, le passage à la phase chronique de la maladie est accéléré, favorisant une stabilisation précoce de la plaque et évitant ainsi une nouvelle aggravation de la courbure du pénis en érection.

L’efficacité dans la phase aiguë de la maladie semble augmenter lorsque les ondes de choc sont utilisées dans le cadre de protocoles thérapeutiques « multimodaux » en association avec d’autres traitements conservateurs. Ceux-ci peuvent inclure certains médicaments oraux (tels que la vitamine E, la carnitine, la pentoxifylline et le tadalafil) ou à action locale (tels que les inhibiteurs calciques, l’interféron ou l’acide hyaluronique). Chez certains patients soumis précocement à ces traitements multimodaux, il y a également eu de réelles réductions de la courbure pénienne elle-même. Cependant, d’autres études scientifiques sont nécessaires pour vérifier l’efficacité réelle de ces traitements composites.

Au contraire, chez les patients atteints de la maladie de La Peyronie en phase chronique et à courbure stabilisée, proposer une thérapie par ondes de choc n’est qu’une perte de temps et d’argent. À ce stade – pour obtenir une réduction significative de la courbure du pénis en érection – un traitement chirurgical doit être envisagé. Jusqu’à fin 2019, il existait une seule alternative à la chirurgie et elle était représentée par la thérapie par injection à base de collagénase (un médicament appelé “Xiapex” – le sujet de cet article précédent – capable de “dissoudre” la plaque fibreuse même en phase stabilisée ). À ce jour – malheureusement – ce médicament n’est plus sur le marché.

Articles Liés:  Médicaments contre le VIH et qu'est-ce que la thérapie antirétrovirale

Comment les ondes de choc sont appliquées

penis ondes de shockLe traitement par ondes de choc est ambulatoire, dure une vingtaine de minutes et ne nécessite aucune préparation ni anesthésie (puisque totalement indolore).

Une pièce à main particulière est utilisée – connectée au générateur d’ondes de choc – qui est placée sur la surface du pénis près de la plaque IPP.

Selon le générateur utilisé, le nombre de coups appliqués peut varier de 2000 à 3000 par séance. Généralement, un cycle complet comprend 6 applications à intervalles hebdomadaires.

Les frais du traitement

Contrairement au traitement par ondes de choc des calculs rénaux (ESWL), la thérapie par ondes de choc dans le pénis pour le déficit érectile ou la maladie de La Peyronie n’est pas remboursée par le système national de santé. Un cycle complet de 6 applications dans nos cliniques a un coût total de 720 euros (120 euros par séance). Pour plus d’informations, vous pouvez envoyer un email à l’adresse qui se trouve en bas de la page.

Conclusion

La thérapie par ondes de choc peut être utilisée chez les patients atteints de la maladie de La Peyronie à un stade précoce où elle est capable de réduire la douleur pénienne et la taille de la plaque. Cela conduit à une stabilisation précoce de la plaque et évite donc l’aggravation progressive de la courbure pénienne en érection, typique de cette maladie. L’efficacité des ondes de choc semble augmenter lorsqu’elles sont utilisées dans le cadre de protocoles thérapeutiques multimodaux. Dans ces situations, l’ESWT – s’il est utilisé tôt – pourrait dans certains cas également conduire à une certaine réduction de la courbure du pénis. C’est une méthode ambulatoire, totalement indolore, sans contre-indications ni effets secondaires. Il ne doit pas être utilisé chez les patients atteints d’IPP en phase stabilisée, où il n’a pas la capacité de réduire la courbure du pénis.