Intégrer la psychothérapie et la pharmacothérapie dans le traitement de l’éjaculation précoce

Dans la dysfonction sexuelle masculine, plusieurs nouvelles découvertes physiopathologiques et thérapeutiques ont conduit à une attention renouvelée sur le manque de contrôle éjaculatoire. Auparavant, l’éjaculation rapide ou prématurée (EP) était considérée comme une pathologie typiquement relationnelle et psychologique. Les progrès récents dans la compréhension de l’importance et de la fréquence de l’EP, la compréhension de sa physiopathologie organique et non organique et l’efficacité des thérapies pharmacologiques croissantes ont conduit à de nouvelles alternatives thérapeutiques intégrées dans une perspective psychosomatique et holistique moderne.

Ces nouvelles alternatives thérapeutiques (médicales et psychologiques), ainsi que la coopération entre chercheurs fondamentaux (généticiens, neurophysiologistes, pharmacologues et éthologues) et cliniciens (endocrinologues, andrologues, psychologues et psycho-sexologues, psychiatres, urologues et gynécologues), ont fait possible d’améliorer et/ou de restaurer une vie sexuelle active pour de nombreux couples dysfonctionnels, améliorant ainsi leur qualité de vie globale.

Dans cette revue, nous décrivons les différentes approches du traitement de l’EP, en nous concentrant sur le traitement intégré, car les théories et thérapies conventionnelles de l’EP sont basées sur une dichotomie organique ou psychogène. Nous examinons les principales hypothèses sur les causes et le traitement de l’EP sur la base de perspectives psychologiques et médicales, après avoir identifié toutes les études pertinentes disponibles sur Medline jusqu’en 2012.

Symptôme ou maladie?

Comme pour tous les troubles sexuels, l’EP est un symptôme plutôt qu’une maladie. D’un point de vue clinique, cela suggère que dans tous les cas d’EP, la maladie à l’origine du symptôme doit être soigneusement recherchée et, si possible, guérie.

Les théories courantes sur l’EP sont basées sur une dichotomie organique ou psychogène, avec un accent particulier sur les causes psychologiques. Cependant, l’adjectif «psychogène» est inapproprié, car quelle que soit la cause ultime, le manque de contrôle de l’éjaculation est en soi stressant et source de troubles psychologiques. Tous les cas d’EP sont considérés comme psychogènes, même lorsque l’EP est le symptôme d’une cause organique.

En effet, d’un point de vue thérapeutique, les aides pharmacologiques, avec la psychothérapie, sont souvent utiles pour traiter un patient ayant des problèmes psycho-relationnels. À l’inverse, la pharmacothérapie sans prise en charge psychologique qui tient compte de l’histoire personnelle et sexuelle du patient, et de l’effet profond que le traitement médical pourrait avoir sur le couple, est souvent infructueuse.

L’histoire de l’EP

Le contrôle du réflexe éjaculateur représente une avancée évolutive et culturelle pour la sexualité humaine. On sait que chez les animaux, le «coïtus citus» a une grande valeur de survie, par exemple, chez les primates, le dépôt rapide de sperme protège l’animal d’une exposition prolongée aux prédateurs. Cependant, l’un des principaux objectifs de la sexualité humaine est le plaisir, et les hommes ont appris à contrôler l’éjaculation, pour améliorer leur plaisir et celui de leur partenaire. Pour cette raison, l’EP a un effet profond sur la santé relationnelle et psychologique et peut donc être traitée par une psychothérapie de couple.

Le terme ejaculatio praecox a été introduit par le psychanalyste Abraham, mais jusqu’à la première moitié du XXe siècle, l’EP n’était pas incluse dans la liste des troubles sexuels. Kinsey et al., dans une enquête auprès de près de 20 000 Américains, a constaté que 75 % des hommes éjaculaient dans les 2 minutes suivant la pénétration, et ils ont rejeté l’idée que l’EP est un dysfonctionnement sexuel. En revanche, Shapiro a soutenu que l’EP pourrait être la combinaison d’une constitution hyperanxieuse avec des défauts anatomiques.

La pertinence de l’EP en tant que dysfonctionnement sexuel important pour les hommes célibataires et le couple était contemporaine de la révolution féministe du milieu des années 1960 et de la « découverte » de l’orgasme féminin. L’approche clinique de l’EP en tant que trouble sexuel valide est liée à cet important changement culturel.

Sexologie de l’EP : un trouble psychologique et neurobiologique

Certains chercheurs considèrent que l’EP n’est pas un trouble psychologique mais un phénomène neurobiologique, mais les arguments soutenant cette thèse sont faibles. Certaines positions psychologiques et neurobiologiques sont extrêmes et compromettent l’essor de la sexologie et le bien-être des patients. La séparation corps-esprit est obsolète dans la médecine moderne. S’il est clair que tous les processus psychologiques sont régulés par la fonction cérébrale (preuve somato-psychique), il est également clair que tous les dysfonctionnements psychogènes impliquent des processus organiques (preuve psychosomatique). Cette approche holistique permet de considérer l’EP comme un trouble psycho-neuroendocrinien et urologique affectant le couple.

L’anatomie et la physiologie de l’éjaculation

Pour comprendre la pathogenèse et les thérapies psychologiques et pharmacologiques de l’EP, il est important de comprendre que la copulation masculine normale culmine en trois événements psychologiquement et physiologiquement distincts :

  • Émission: il y a contraction des cellules musculaires lisses du tractus génital masculin impliquant les tubules testiculaires, les canaux efférents, l’épididyme et les canaux déférents, et la sécrétion de liquide séminal due aux contractions rythmiques des vésicules séminales et de la prostate.
  • Éjaculation: Une réponse réflexe, ne nécessitant pas d’entrée cérébrale, qui est déclenchée par l’accumulation de sperme dans l’urètre bulbeux. Les muscles du plancher pelvien collaborent activement pour réaliser l’éjaculation, avec de trois à sept contractions.
  • Orgasme: Un événement perceptif-cognitif de plaisir qui, dans des conditions normales, coïncide avec le moment de l’éjaculation. Même s’ils sont principalement contrôlés par les mêmes nerfs sympathiques, ces trois éléments sont distincts les uns des autres et provoquent des perceptions psychologiques différentes.

La neuropharmacologie de l’éjaculation

Peu d’informations sont disponibles sur le contrôle central de l’éjaculation. Le système sérotoninergique agit comme un suppresseur du réflexe éjaculateur au niveau hypothalamique. En revanche, la voie dopaminergique pourrait agir comme un stimulateur de l’éjaculation via les récepteurs D2.

L’EP est un symptôme du couple

L’une des caractéristiques les plus importantes de la sexologie médicale moderne telle que décrite par Masters et Johnson est que l’objet de la thérapie sexuelle n’est pas l’individu avec le problème sexuel, mais le couple. Cependant, la plupart des nouvelles thérapies médicales et chirurgicales pour l’EP ou l’éjaculation retardée, et pour la dysfonction érectile (DE), les troubles sexuels féminins, l’andro- ou la ménopause et le désir sexuel hypoactif, sont basées sur le symptôme plutôt que sur le couple. Cela pourrait être réducteur et thérapeutiquement dangereux.

Actuellement, la définition couramment utilisée pour l’EP est la définition proposée par l’International Society of Sexual Medicine, sur la base de laquelle cette condition est « caractérisée par une éjaculation qui se produit toujours ou presque toujours avant ou dans la minute environ suivant la pénétration vaginale, et la incapacité à retarder l’éjaculation sur toutes ou presque toutes les pénétrations vaginales, et conséquences personnelles négatives, telles que détresse, ennui, frustration et/ou évitement de l’intimité sexuelle ». A partir de ces critères, les points clés caractérisant cette pathologie sont le timing (mesuré par le temps de latence intravaginale, IELT), la sensation de perte de contrôle de l’éjaculation et la présence de détresse au sein du couple. Le dernier aspect souligne que les aspects relationnels sont importants dans la pathogenèse des dysfonctions sexuelles. À cet égard, la partenaire féminine peut être considérée en quelque sorte comme l’homme avec le symptôme. Les deux adjectifs couramment utilisés (prématuré et rapide) font référence à la physiologie sexuelle du partenaire et à l’évolution temporelle de la réponse sexuelle féminine, le « facteur de satisfaction ». Par conséquent, l’EP pourrait être considérée comme un symptôme généré par le partenaire.

Le diagnostic du couple avec EP

L’évaluation des causes psychologiques de l’EP comprend des entretiens approfondis, avec des tests psychologiques standardisés destinés à la fois au patient et à son partenaire, pour établir l’historique du dysfonctionnement et les circonstances dans lesquelles il se produit. Lorsque les résultats médicaux sont normaux, un diagnostic d’EP psychogène est considéré comme probable. Ce « diagnostic par exclusion » peut conduire à des conclusions peu fiables pour diverses raisons : (i) il est impossible de montrer qu’un cas d’EP est généré par l’esprit (psychogène) ; (ii) comme indiqué ci-dessus, tous les cas d’EP ont un aspect psychologique et/ou relationnel ; et (iii), alors que la recherche augmente, il y a encore un grave manque de connaissances sur les mécanismes centraux et périphériques de l’éjaculation. On peut donc en déduire qu’il y aura dans un futur proche de nouveaux tests capables de détecter de nouveaux patients atteints d’EP organique.

Pendant le traitement, le clinicien doit tenir compte du fait que des problèmes conjugaux sont souvent impliqués. L’EP, comme tout dysfonctionnement sexuel, affecte l’intimité du couple. Cependant, il n’est pas facile d’établir si les problèmes conjugaux sont la cause ou l’effet de l’EP. Ainsi, lors de l’évaluation, le sexologue doit traiter à la fois l’homme et la femme, et rechercher l’heure réelle de la pénétration vaginale ; lors du coït et de la pénétration, le temps perçu diffère souvent du temps réel.

Articles Liés:  Benevera Health

Bien que ces considérations puissent suggérer l’importance d’impliquer le partenaire dans le traitement de l’EP, comme le souligne une revue, la grande majorité des hommes qui se présentent pour un traitement n’impliquent pas leur partenaire. Cependant, une étude récente sur la détresse sexuelle féminine liée à l’EP du partenaire a souligné le grand intérêt exprimé par les femmes à avoir un rôle dans ce symptôme sexuel masculin. De plus, certaines études recommandent, dans la perspective d’un traitement intégré, d’utiliser des questionnaires semi-structurés pour recueillir des données sexologiques et relationnelles. Fait intéressant, Limoncin et al. ont proposé d’utiliser un nouvel outil de diagnostic pour détecter la détresse sexuelle féminine liée à l’EP, le « FSDS-R-PE ».

L’EP primaire est considérée lorsqu’il n’y a pas d’autres dysfonctionnements sexuels, mais en présence d’autres symptômes sexuels, tels que la dysfonction érectile ou un manque de désir, l’EP est évaluée comme secondaire. Dans ces cas, il est fondamental d’évaluer la sexualité avec une histoire spécifique et avec des outils psychométriques pour évaluer le désir et la fonction érectile.

De plus, l’EP est une manifestation précoce courante de la dysfonction érectile ou peut survenir avec une érection instable en raison des fluctuations du flux sanguin du pénis. Dans ce cas, l’homme pourrait éjaculer tôt pour cacher la faiblesse de l’érection, et ainsi le PE répond avec succès aux traitements appropriés pour la dysfonction érectile. Toutes ces possibilités doivent être prises en compte lors de l’évaluation des patients atteints d’EP.

Les dysfonctions sexuelles féminines (telles que l’anorgasmie, le désir sexuel hypoactif, l’aversion sexuelle, les troubles de l’excitation sexuelle et les troubles de la douleur sexuelle, comme dans le vaginisme) sont souvent présentes et peuvent être secondaires à l’EP masculine, de sorte que l’évaluation de la sexualité féminine fait partie intégrante de évaluer l’EP.

En plus d’une évaluation sexologique, il est nécessaire que le clinicien procède également à un examen physique ; il est peu probable que des résultats anormaux soient associés à cette condition. Cependant, la biothésiométrie pénienne et une évaluation de la prostate par TRUS avec le protocole standardisé de Meares et Stamey ont été proposées comme méthodes utiles pour évaluer et quantifier la sensibilité pénienne dans l’EP.

Thérapies psychologiques pour l’EP

Thérapies comportementales

Du début des années 1900 jusqu’aux années 1990, l’EP était considérée comme un problème psychologique et était principalement traitée par des thérapies comportementales, telles que la technique du « squeeze » et la technique « stop-start », introduite par Kaplan, basé sur le remarquable travail de Semans. Bien que Masters et Johnson aient suggéré de traiter spécifiquement l’EP en utilisant la technique de «compression» (Fig. 1), cette approche comporte un certain risque d’inconfort. Pour cette raison, de nombreux sexothérapeutes préfèrent la méthode stop-start.

La thérapie sexologique de l’EP part du principe que c’est le couple, et non l’individu, qui est dysfonctionnel. Les conseils sexuels peuvent être bénéfiques pour les causes idiopathiques et organiques de l’EP. Impliquer le partenaire dans ce processus peut dissiper les idées fausses sur le symptôme, diminuer le stress, améliorer l’intimité et la capacité de parler de sexe et d’EP, et augmenter les chances de succès.

Les séances de conseil sont également utiles pour découvrir les conflits dans la relation, les problèmes psychiatriques et l’abus d’alcool ou de drogues. Pour cette raison, pendant le traitement, le thérapeute peut assigner des « devoirs sexuels », en prescrivant un « sensate focus », dans lequel les partenaires stimulent mutuellement les zones corporelles non génitales, ce qui réduit l’anxiété liée au coït et la pression sur la performance sexuelle. De plus, les patients apprennent à : (i) évaluer le plaisir préorgasmique ; (ii) être conscient du « point de non-retour orgasmique » (iii) ; prolonger la phase de plateau ; et (iv) faire la distinction entre l’excitation et l’orgasme.

Sexothérapie

Avec ce terme, les sexologues désignent de nombreux modèles comportementaux du traitement à court terme de la dysfonction sexuelle humaine. L’objectif principal de ces thérapies est de modifier le comportement dysfonctionnel, en tenant compte du rôle de l’histoire personnelle, des expériences passées, des traumatismes éventuels, des attitudes et des défenses autodestructrices contre les comportements sexuels, de la qualité de la relation de couple, de l’éducation familiale et des croyances religieuses. Les caractéristiques communes de la personnalité des hommes atteints d’EP sont :

  1. Insécure et anxieux avec les femmes agressives et « castratrices » ;
  2. Compétitif, démontrant toujours sa virilité;
  3. Jeunes et naïfs lors de leurs premières expériences sexuelles.

Généralement, les méthodes de thérapie sexuelle pour l’EP ont une bonne efficacité et permettent souvent à l’homme d’apprendre à reconnaître et à répondre à son EP. Cependant, ces traitements ne sont pas faciles pour le patient et l’homme atteint d’EP doit être activement impliqué dans la thérapie avec sa partenaire. De plus, des données de suivi ont montré que leur efficacité tend à diminuer avec le temps.

Autres thérapies

Les stratégies cognitives et informatives ont été jugées particulièrement utiles pour les hommes célibataires. Le but de cette approche est de modifier les pensées irrationnelles et les croyances fondamentales inhérentes à la vie sexuelle du patient et de son partenaire, de travailler ensemble pour réduire l’anxiété de performance, de renforcer la confiance dans la relation entre les partenaires conjugaux, de démystifier la mythologie sexuelle masculine , améliorer la communication sexuelle, améliorer les connaissances sexuelles et enseigner les compétences sexuelles.

Comme l’EP peut naître de l’ignorance, et que l’enseignement sexuel est malheureusement largement absent dans les écoles, la bibliothérapie avec des livres simples et clairs, et la prescription de comportements simples favorisant une augmentation du temps éjaculatoire, comme la prescription d’éjaculer plus fréquemment, libérer le sphincter anal pendant le rapport sexuel, privilégier la position féminine au-dessus, et éventuellement utiliser des préservatifs spéciaux, pourrait être un traitement adjuvant utile de l’EP.

Le renforcement des muscles pubococcygiens du plancher pelvien est une étape comportementale de la sexothérapie de l’EP. Dans ces exercices, nommés d’après Arnold Kegel qui les a conçus, le patient est entraîné à identifier ses muscles pubococcygiens lors de la miction. Il serre et relâche ensuite ces muscles avec quelques contractions lentes de 2 à 3 s. Au fur et à mesure que les muscles se renforcent, la durée et le nombre de contractions lentes augmentent progressivement, ainsi que les contractions rapides. Une routine typique est :

  • Contractez les muscles pubococcygeous pendant 5 s, relâchez pendant 5 s et répétez cinq fois.
  • Contractez les muscles pubococcygiens cinq fois plus vite que possible.
  • Dans la même séance, répétez les points 1 et 2.
  • Effectuez cinq séances par jour

De plus, une approche multivariée du traitement de l’EP, basée à la fois sur la latence éjaculatoire et le contrôle perçu, a été proposée. La technique d’alignement coïtal est une thérapie de couple consistant en un alignement physiologique de base qui fournit une stimulation efficace pour l’orgasme coïtal féminin. Cela pourrait être utile dans les couples avec PE. La thérapie reichienne pour l’EP est basée sur l’utilisation de la communication sensorielle plutôt que verbale avec le patient. Le thérapeute choisit soigneusement l’environnement et l’atmosphère, avec des patients et des thérapeutes sur de grands coussins, en utilisant une relation amicale par prénoms, et impliquant des massages non érotiques et des jeux de rôle. L’hypnose, la mécanothérapie, les thérapies rééducatives et de soutien, et les programmes d’entraînement poussés décrits par ailleurs comme des alternatives aux thérapies comportementales, souffrent tous de faiblesses méthodologiques considérables, d’un manque de précision des sujets et des variables de traitement, inadéquats ou non groupes témoins existants, un suivi limité et l’absence de validation par le partenaire de l’évolution du patient.

Des programmes de traitement ont également été conçus pour un cadre de groupe. Le traitement de groupe structuré a été décrit dans des études non contrôlées comme une méthode rentable et efficace pour surmonter l’EP, à la fois pour les couples et les hommes seuls. Le traitement de groupe ne semble pas fournir de résultats inférieurs au format de couple classique.

Enfin, l’efficacité d’un protocole basé sur le yoga versus un traitement à la fluoxétine a été évaluée pour le traitement des patients atteints d’EP. Dans cette étude, il n’y avait pas de différence significative entre ces options thérapeutiques. Ainsi, bien que d’autres preuves scientifiques soient nécessaires, il est possible que même le yoga soit utile pour surmonter l’EP.

Articles Liés:  L'association Ascovime

Thérapies médicales pour l’homme ou le couple

L’efficacité des « thérapies par la parole » dans la prise en charge de l’EP n’est pas étayée par des données convaincantes issues d’études cliniques contrôlées. Pour cette raison, le traitement pharmacologique fait désormais l’objet d’une attention accrue de la part des sexologues médicaux et de l’industrie pharmaceutique. Alors que les thérapies comportementales dans leur format d’origine nécessitent un couple, les traitements médicaux peuvent être utilisés par l’homme seul. Cependant, une consultation avec le couple convient également.

Médicaments systémiques et locaux

Les médicaments largement prescrits pour le traitement de l’EP sont les antidépresseurs (en particulier ceux qui augmentent les niveaux de sérotonine, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine) et les bloquants α-adrénergiques. Les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et les antidépresseurs tricycliques ont un effet en augmentant le seuil pénien. De plus, ces médicaments ne modifient pas l’amplitude et la latence de la réponse évoquée sacrée et du potentiel évoqué somatosensoriel cortical. Le médicament le plus important dans la pratique clinique est la dapoxétine. Les rapports suggèrent que la dapoxétine 60 mg améliore significativement le contrôle du réflexe d’éjaculation, fournissant un IELT > 3 min. Il représente ainsi la pharmacothérapie de première ligne officiellement approuvée pour l’EP.

Une autre classe de médicaments utilisée pour traiter l’EP est l’inhibiteur de la phosphodiestérase de type 5 (sildénafil, tadalafil et vardénafil), généralement le premier choix pour le traitement de la dysfonction érectile, mais qui a également été utilisé seul ou en association avec des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine comme traitement de l’EP. De plus, pour les patients atteints de DE et d’EP, un traitement par voie intra-caverneuse plutôt que par le sildénafil seul ou associé à la paroxétine est recommandé. En effet, dans certains cas, la PE et la DE sont des symptômes comorbides. Des agents topiques tels que des anesthésiques et des produits à base de plantes sont également utilisés, avec une efficacité limitée.

Chez les patients souffrant d’inflammation de la prostate et d’EP, le traitement spécifique de la prostatite chronique a été suggéré. En outre, une étude récente a rapporté qu’un aérosol à dose mesurée contenant un mélange eutectique de lidocaïne et de prilocaïne (TEMPE, Plethora Solutions, Londres, Royaume-Uni) produisait une augmentation de 2,4 fois de l’IELT de base et des améliorations significatives du contrôle de l’éjaculation et de la qualité de vie sexuelle du patient et de son partenaire. Enfin, une possibilité intéressante est le rôle de l’acupuncture dans la prise en charge médicale de l’EP, mais d’autres investigations sont nécessaires.

Suivi et évaluation critique des thérapies médicales

Les méthodes et mesures actuelles utilisées pour évaluer les résultats du traitement de l’EP ne sont normalisées qu’avec quelques difficultés. Les médicaments antidépresseurs sont généralement efficaces pour rétablir le contrôle de l’éjaculation. Cependant, comme ces médicaments peuvent aggraver considérablement la dysfonction érectile, ils sont fortement contre-indiqués chez les patients atteints à la fois d’EP et de dysfonction érectile.

Alors que le traitement pharmacologique de l’EP, par ex. avec la dapoxétine, s’est avérée fiable et efficace, son effet est souvent localisé à la période de consommation du médicament.

La preuve que la dapoxétine, ainsi que d’autres antidépresseurs, est un traitement symptomatique, est que les patients prenant de la dapoxétine et obtenant un bon contrôle de l’éjaculation peuvent encore avoir une EP lorsque la pharmacothérapie s’arrête. Le traitement de l’EP est plus efficace lorsque les médicaments sont prescrits jusqu’à 60 jours maximum, en association avec une thérapie sexuelle, où le partenaire est également impliqué. Ainsi, alors que les médicaments retardent la phase d’émission, le patient peut concentrer son attention sur les sensations corporelles précédant l’éjaculation. Ce faisant, le patient apprend à contrôler l’éjaculation et, en créant un «souvenir positif» du succès sexuel, augmente également son estime de soi.

En fait, un facteur intervenant négatif dans la dysfonction sexuelle est le cercle vicieux provoqué par «l’échec sexuel». La pharmacothérapie évite au patient d’entrer dans ce cercle vicieux (Fig. 2, panneau A). Cet effet peut être obtenu aussi bien avec un traitement efficace par psychothérapie qu’avec un traitement efficace (et sûr) à la dapoxétine.

Conclusion

Comme la psychanalyse en sexologie vise à reconnaître le subconscient profond qui aurait pu être à l’origine de la maladie psychique, l’approche propose une thérapeutique étiologique. Cependant, bien que la théorie freudienne puisse expliquer avec succès les conflits inconscients conduisant à des pathologies sexologiques, les preuves mettent en évidence ses nombreuses limites dans la résolution des difficultés sexuelles. Une approche axée sur le traitement des symptômes, plutôt que sur les causes de la maladie, a été développée dans les années 1960. Les deux pionniers de cette approche, Masters et Johnson, ont imaginé une nouvelle thérapie sexuelle sur la base de l’approche comportementale, qui pourrait être considérée comme une révolution “copernicienne” dans le monde de la psycho-sexologie. La sexothérapie de Masters et Johnson était nouvelle aussi en raison de son principe d’adoption d’un modèle intégré (pharmacologique et psychologique) pour traiter la dysfonction sexuelle. L’objectif du sexologue est d’identifier quelle cause prédomine chez un patient spécifique et de concevoir la thérapie sur cette base. Il faut aussi tenir compte, en plus de la pharmacothérapie, de la dynamique du couple, pour apporter des conseils sexuels spécifiques. Ce traitement ne peut réussir que si la thérapie est structurée en conséquence, avec des approches comportementales et avec le sexologue. Par conséquent, lors de l#39;évaluation est nécessaire de fournir une combinaison de thérapie psychologique et pharmacologique pour minimiser le risque de rechute.

Enfin, compte tenu de l’importance du conseil sexuel dans la prise en charge de l’EP et du rôle des pathologies prostatiques dans leur pathogenèse, une politique de prévention doit porter à la fois sur l’éducation sexuelle et andrologique des hommes jeunes et adultes. Cette forme d’information et d’éducation est absente dans de nombreux pays. Les institutions politiques devraient promouvoir des campagnes d’information pour prévenir les maladies andrologiques et sexologiques chez les hommes et dans le couple.

En conclusion, les thérapies étiologiques doivent être utilisées dans la mesure du possible et le traitement doit impliquer le partenaire, pour améliorer l’observance du couple et l’efficacité de la récupération à long terme. Les approches comportementales et les agents pharmacologiques sont tous deux des thérapies symptomatiques, dont le but est de retarder l’éjaculation, et ils ne considèrent pas les causes sous-jacentes du dysfonctionnement sexuel. En raison de l’effet psychologique profond que l’EP peut avoir sur les patients, le médecin doit toujours tenir compte de l’approche sexologique.

La sexothérapie intégrée médicale et psycho-sexologique («Shared Care») nécessite une compréhension et un respect mutuels des différentes disciplines impliquées dans la sexologie. Cette approche augmentera encore la puissance thérapeutique de traitements efficaces et sûrs tels que la dapoxétine. Dans cet aspect, les rôles de deux experts sexuels, c’est-à-dire le médecin et le psychologue, sont très importants, car ils peuvent améliorer les facteurs biologiques, psychologiques et relationnels d’un dysfonctionnement sexuel tel que l’EP.

PH@RE, ou PHARmaciens en REseau est un réseau ville-hôpital de pharmaciensouvert à tous (professionnels de santé et patients), créé en septembre 2004. Il a été le 1er réseau constitué uniquement de pharmaciens financé par le FAQSV (fonds d’aide à la qualité des soins en ville, financement URCAM et ARH).

Le réseau regroupe aujourd’hui 580 membres, majoritairement des pharmaciens (2/3 officinaux, 1/3 hospitaliers) mais également des préparateurs, médecins et infirmiers.  Basé sur le département d’origine (Alpes-Maritimes), PH@RE a trouvé des relais au-delà puisque 25% des membres sont aujourd’hui hors 06.

PH@RE a pour objectifs  principaux d’optimiser la prise en charge thérapeutique des patients, en particulier en favorisant le bon usage des traitements, et d’améliorer la coordination entre professionnels de santé de la ville et de l’hôpital (pharmaciens essentiellement), entre professionnels de la santé et patients.

Il coordonne ou participe à des projets de santé publique portant sur la santé environnement, les nouvelles technologies et l’éducation thérapeutique.

Au niveau hospitalier, la structure partenaire est le Laboratoire de Soins Pharmaceutiques et de Santé Publique (L 2SP) qui est l’unité Formation Enseignement Recherche du Pôle Pharmacie du CHU de Nice.