IVG – Midi Pyrénées

Retrouvez toutes les informations essentielles sur l’interruption volontaire de grossesse.

Qui peut demander une IVG?

La loi (article L.2212-1 du code de la santé publique) permet à toute femme enceinte de demander à un médecin ou une sage-femme l’interruption de sa grossesse, qu’elle soit majeure ou mineure. Seule la femme concernée peut en faire la demande.

Quel est le délai légal pour pratiquer une IVG en France?

En France, une IVG peut être pratiquée avant la fin de la douzième semaine de grossesse, soit avant la fin de la quatorzième semaine après le début des dernières règles (14 semaines d’aménorrhée).

La femme mineure

Elle doit demander cette intervention elle-même, en dehors de la présence de toute personne.

Le consentement du père ou de la mère (ou du représentant légal) à la pratique de l’IVG est la règle. Si la patiente a l’accord d’un ou des titulaires de l’autorité parentale : le responsable légal remet l’accord écrit au médecin

Il est en effet important que la femme mineure soit soutenue par ses parents dans un moment difficile.

La femme mineure dispose du même choix de techniques que la femme majeure:

  • les démarches médicales ( 2 consultations médicales) sont les mêmes que pour les personnes majeures
  • l’entretien psycho-social est OBLIGATOIRE et doit être fait au plus tard 48h avant l’ivg. Il a lieu avec une personne ayant satisfait à une formation qualifiante en conseil conjugal et familial. Cet entretien individuel est un moment d’écoute, de dialogue, des informations ou des conseils appropriés sont proposés.

A l’issue de cet entretien une attestation lui est délivrée, ce document sera remis au médecin.

Cependant si la femme mineure veut garder le secret vis-à-vis de ses parents ou si ce consentement n’est pas obtenu (refus des parents de donner leur consentement ou impossibilité de contacter l’un d’entre eux), l’IVG ainsi que les actes médicaux, notamment l’anesthésie et les soins qui leur sont liés, sont pratiqués à sa seule demande. Dans ces situations, la femme mineure se fait accompagner dans sa démarche par une personne majeure de son choix.

Qui peut pratiquer une IVG?

Une IVG chirurgicale ne peut être pratiquée que par un médecin. L’IVG médicamenteuse peut être réalisée par un médecin ou une sage-femme.

Où se pratique une IVG?

Les IVG pratiquées par technique chirurgicale sont exclusivement réalisées dans un établissement de santé (hôpital, clinique).

Articles Liés:  Ostéopathe

Les femmes étrangères peuvent elles accéder à une IVG en France?

Toutes les femmes disposent en France des mêmes droits d’accès à l’IVG.

Comment sont prises en charge les IVG?

Les frais relatifs à l’IVG sont pris en charge par la sécurité sociale à 100%.

Une IVG peut elle être réalisée de façon anonyme?

Seule la réalisation d’une IVG dans un établissement de santé qui assure la dispense d’avance de frais permet de garantir une véritable confidentialité de l’intervention.

FOIRE AUX QUESTIONS

Comment savoir si je suis enceinte?

Certains signes tels qu’un retard de règles, des seins douloureux ou des nausées matinales doivent vous alerter.
Un test de grossesse est disponible en pharmacie dès le 1er jour du retard des règles. Il est nécessaire de réaliser un examen médical pour obtenir une prescription pour un dosage sanguin béta HCG.

Une échographie: pourquoi? Où la faire?

Le plus souvent, il vous sera demander de réaliser une échographie, elle permet de confirmer l’âge
de la grossesse mais aussi de vérifier que cette dernière est bien placée dans l’utérus.
L’échographie peut se faire dans un centre de radiologie ou d’échographie. Certains médecins ou sages-femmes vous proposeront de la faire eux-mêmes à leur cabinet.

Nous vous conseillons de préciser à la personne qui fera l’échographie si vous souhaitez voir ou non l’écran lors de l’examen.

Comment pratique-t-on l’avortement?

L’IVG peut se faire de DEUX FAÇONS, en fonction du nombre de jours de grossesse, de vos préférences et des possibilités de place.
Tous les rendez-vous qui vous seront fixés sont obligatoires pour votre SÉCURITÉ (y compris les rendez-vous de contrôle après l’IVG).

LA MÉTHODE MÉDICAMENTEUSE:

Cette méthode est possible jusqu’à : (SA=semaines depuis les dernières règles ; SG=semaines de grossesse)

7 SA (= 5 SG) avec ou sans hospitalisation,
9 SA (= 7 SG) avec une hospitalisation obligatoire de quelques heures (3 à 4h)
Deux médicaments sont administrés successivement à 48h d’intervalle. Le premier médicament est destiné à préparer le col de l’utérus et le deuxième médicament provoque des contractions et l’expulsion de la grossesse.

Ce n’est pas systématique, mais un saignement peut survenir après la prise du premier médicament. Cela ne veut pas dire que la grossesse est déjà arrêtée. Il faut donc impérativement prendre la deuxième partie du traitement même si un saignement se produit.

Articles Liés:  MapNH Health

La prise du deuxième médicament doit permettre l’expulsion de la grossesse (dans 95% des cas). Les saignements seront plus abondants que les règles normales, et pourront comporter des caillots de sang. Des médicaments anti-douleurs pourront vous être prescrits.

Une visite obligatoire de contrôle avec un médecin ou une sage-femme est prévue dans les 10 à 20 jours qui suivent la prise de médicaments.

LA MÉTHODE CHIRURGICALE:

Il s’agit d’aspirer le contenu de l’utérus. Cette méthode est possible quel que soit l’âge de la grossesse dans la limite des délais légaux.

maximum 14 SA, soit 12 semaines de grossesse

Elle nécessite de dilater le col de l’utérus pour pouvoir introduire une canule d’aspiration de diamètre adapté à l’âge de la grossesse.

Il est nécessaire de prendre un médicament le jour même, quelques heures avant l’intervention (et parfois la veille), pour faciliter l’ouverture du col utérin. Elle se réalise au cours d’une hospitalisation de courte durée.

Une visite obligatoire de contrôle auprès d’un médecin est à prévoir 3 semaines après l’intervention.

Quelle que soit la méthode choisie, si votre groupe sanguin est de rhésus négatif, vous devez recevoir une injection de gammaglobulines anti-D. Cette injection permet de prévenir une complication majeure pouvant survenir lors d’une prochaine grossesse (immunisation materno-fœtale).

Quels sont les risques?

Comme toute intervention, une IVG comporte des inconvénients et peut présenter certains risques exceptionnels, dont les risques liés à l’anesthésie.

Des informations précises, en fonction de la méthode envisagée, vous seront données lors des différentes consultations, n’hésitez surtout pas à poser des questions. Toutefois, il est très important, après l’IVG, de faire une visite de contrôle.

Les principales complications rencontrées existent dans moins de 1% des cas.

Comment choisir sa méthode?

La technique utilisée dépend du choix de la femme concernée et du terme de la grossesse. L’intéressée peut effectuer ce choix avec l’aide du médecin ou de la sage-femme lors de la première ou de la deuxième consultation médicale. Si il est parfois difficile de choisir une méthode, n ‘hésitez pas à parler de votre difficulté et l’équipe pourra vous accompagner dans ce choix.

L’information a été tirée du site Web d’origine, mais à l’heure actuelle, elle est obsolète. Vous devez rechercher de nouveaux contenus sur la prévention de la grossesse.