Alopécie de la barbe: causes et remèdes

Qu’est-ce que c’est

L’alopécie de la barbe – également connue sous le nom d’alopécie barbe – est une forme particulière d’alopécie areata qui affecte la barbe.
Ce trouble peut survenir à la fois comme un événement autonome et en association avec une alopécie du cuir chevelu. En fait, il a été estimé que, lorsque l’alopécie n’affecte que la barbe, en un an elle affecte également le cuir chevelu dans au moins 50% des cas.

Bien que l’alopécie de la barbe soit un phénomène bénin qui n’entraîne pas de conséquences graves d’un point de vue physique, elle peut affecter négativement le patient sur le plan psychologique.

Incidence

Bien sûr, l’alopécie de la barbe survient chez les patients de sexe masculin, mais avec une incidence plus élevée chez les jeunes âgés de 30 à 40 ans.

Les causes

Quelles sont les causes et les facteurs de risque de l’alopécie de la barbe?

L’alopécie de la barbe est une forme d’alopécie areata qui affecte la barbe et, en tant que telle, est considérée comme une maladie auto-immune.
En fait, la chute des cheveux survient parce que le système immunitaire attaque les follicules pileux, entravant ainsi leur activité normale et empêchant les cheveux de pousser normalement.

Les causes exactes de ce phénomène, malheureusement, ne sont pas encore tout à fait claires. À cet égard, les hypothèses formulées sont vraiment nombreuses, notamment la présence éventuelle d’une composante génétique associée à d’autres facteurs, comme la malnutrition, la carence en fer, les infections, etc. Cependant, de telles hypothèses ne sont pas encore confirmées et, au contraire, certains médecins sont catégoriquement rejetés.

Dans tous les cas, il a été noté que les patients souffrant d’autres troubles du système immunitaire ont un risque plus élevé de développer une alopécie de la barbe et d’autres formes d’alopécie areata.

Symptômes et manifestations

L’alopécie de la barbe se caractérise par la perte de poils de barbe dans des zones bien localisées, plus ou moins étendues et de forme arrondie. La formation de ces plaques sans poils peut avoir lieu n’importe où sur la barbe, par conséquent, elles peuvent se produire dans la zone de la moustache, du cou, du menton, des joues ou sur les côtés.

L’alopécie de la barbe commence généralement par l’apparition d’un seul patch de taille variable qui, avec le temps, a tendance à se dilater. A ce premier patch, d’autres peuvent être ajoutés dans différentes zones de la barbe.

Articles Liés:  Augmentation du nombre de patients d'âge moyen atteints de dysfonction érectile

Souvent, avant l’apparition des plaques glabres, ou juste avant leur extension, le patient ressent des démangeaisons ou des sensations de brûlure, qui peuvent être associées à une légère inflammation de la peau. Cependant, ces symptômes peuvent également survenir lorsque les patchs sont déjà apparus.

Dans certains cas, la repousse des cheveux peut se produire dans les zones touchées, mais ce sont souvent des cheveux qui n’ont plus la couleur initiale et qui, à la place, sont blancs.
Il apparaît donc clairement comment un trouble bénin comme l’alopécie de la barbe peut se transformer en véritable cauchemar pour plusieurs hommes, qui voient leur apparence altérée. Cela peut créer des dommages psychologiques chez les patients atteints et avoir de graves répercussions sur leur vie sociale.

Pathologies associées

Pathologies et troubles associés à l’alopécie de la barbe

Comme mentionné, les patients atteints d’autres maladies auto-immunes sont plus susceptibles de souffrir d’alopécie de la barbe. Pour cette raison, il n’est pas rare qu’un patient souffrant de ce trouble soit également affecté par d’autres pathologies, telles que:

  • La dermatite atopique;
  • Vitiligo;
  • Psoriasis;
  • La maladie de Crohn;
  • Asthme;
  • Hyperparathyroïdie ou autres troubles thyroïdiens.

Traitement

Heureusement, dans de nombreux cas, l’alopécie de la barbe a tendance à régresser spontanément en quelques mois. Cependant, cela ne signifie pas que le trouble est définitivement résolu. En effet, l’alopécie peut revenir à affecter la barbe du patient même après un court laps de temps à compter de sa résolution, donnant lieu à une succession continue de phases de repousse et de phases de chute des cheveux. Cependant, chez d’autres patients encore, l’alopécie peut ne pas se manifester pendant des années, mais réapparaître lorsque l’individu s’y attend le moins.

Dans tous les cas, dans le cas où l’alopécie de la barbe ne se résout pas d’elle-même et dans le cas où le trouble devient invalidant d’un point de vue psychosocial pour le patient, le médecin peut décider d’intervenir avec un traitement pharmacologique.

Cependant, il convient de noter que tous les patients ne répondent pas de la même manière au traitement de l’alopécie de la barbe; par conséquent, ce qui peut être efficace pour un individu peut s’avérer totalement inutile pour un autre.

Avertissement!
Le traitement médicamenteux de l’alopécie de la barbe peut favoriser la repousse des cheveux, mais il ne guérit pas le trouble, qui peut réapparaître après des jours, des mois, voire des années. Le traitement pharmacologique ne peut donc atténuer que les manifestations de l’alopécie, mais ne parvient pas à éliminer définitivement la maladie.

Les principales caractéristiques des stratégies thérapeutiques et des médicaments les plus couramment utilisés dans le traitement de l’alopécie de la barbe seront brièvement illustrées ci-dessous.

Articles Liés:  Comment le porno peut-il induire un dysfonctionnement érectile?

Corticostéroïdes

Les corticostéroïdes sont de puissants anti-inflammatoires qui agissent en supprimant l’activité du système immunitaire et, pour cette raison, sont utiles dans le traitement des maladies auto-immunes, y compris l’alopécie de la barbe.

Dans le traitement de cette forme d’alopécie, les corticostéroïdes peuvent être administrés à la fois localement et par voie systémique.
Normalement, la première approche thérapeutique implique l’administration intralésionnelle (c’est-à-dire par injection faite directement dans les zones touchées par le trouble) de corticostéroïdes, comme la triamcinolone.

Les corticostéroïdes topiques, en revanche, ne semblent pas faire partie des meilleures stratégies thérapeutiques, car – en particulier lorsqu’ils sont utilisés pendant de longues périodes – ils provoquent souvent une folliculite.
Enfin, dans les cas les plus graves, il est possible de recourir à l’administration de corticostéroïdes par voie systémique, bien qu’il semble que, pour cette forme d’alopécie areata, un tel traitement ne soit pas particulièrement efficace.

Minoxidil

Le rôle du minoxidil dans le traitement de l’alopécie de la barbe est encore discutable. En fait, si son utilisation semble être utile chez certains patients, chez d’autres, elle ne semble pas avoir d’effets thérapeutiques significatifs.

Laser

Selon certaines études menées sur des patients souffrant d’alopécie de la barbe, l’utilisation de la photothérapie réalisée avec différents types de lasers (laser excimer, laser fractionné Erbium) serait en mesure d’induire la repousse – parfois complète – des cheveux en correspondance avec les zones touchées. par le désordre.